• [Th-Drama/Lakorn] Project S : Skate Our Souls

    Titre : Project S : Skate Our Souls (โปรเจกต์ เอส สเกตบอร์ด)

    Pays : Thaïlande

    Genre : Drame, Amitié, Psychologique, Sport.

    Année : 2017.

    Épisodes : 8 (45 minutes).

    Casting :

    James Teeradon Supapunpinyo : Boo

    Pat Chayanit Chansangavej : Bell

    Toni Rakkaen : Simon

    Praew Narupornkamol Chaisang : Fern

    Tom Phollawat Manuprasert : Le père de Boo

    Jib Benchanat Aksonnantha : La professeure de Boo

    Ice Paris Intarakomalyasut : Ko

    Résumé :

    Boo, un étudiant dont les notes ne sont pas prometteuses, vient d'une famille très stricte. Cependant, il a un problème caché: Boo souffre de dépression depuis longtemps et se mutile; de plus, il n'a plus d'appétit et souffre d'insomnie. Un jour, il tente de se suicider, mais son plan est contrecarré par un groupe de skateur dirigé par Simon et Fern, qui vont l'influencer à rejoindre leur groupe d'amis.

    Boo peut-il surmonter sa dépression et toutes ses peurs ?

    (Source : Dogaru/AsiaFansub)

    Disclaimer : Ce drama évoque la dépression, l'auto-mutilation, les scarifications et le suicide. Si vous êtes sensible(s), je vous déconseille de lire cet article et de regarder le drama car il possède des scènes qui pourront vous choquer et ce n'est pas le but. Prenez soin de vous et surtout demandez de l'aide si c'est nécessaire. 

    Mon avis : 9/10

    (Pour lire les spoilers, il faut surligner les lignes entre les crochets à l'aide de votre souris)

    Project S : Skate Our Souls (aussi appelé SOS et je pense que vous comprendrez bien assez vite la raison de ce titre au vu du sujet qu'il évoque) ne faisait pas partie des dramas que je devais voir dans l'absolu mais c'est un drama que j'avais envie de regarder depuis que j'ai lu la critique de la blogueuse ChildOfGhibli mais aussi par l'intermédiaire d'Aigo Ajumma, qui en a aussi beaucoup parlé même si ChildOfGhibli est un petit peu la porte-parole de ce drama et je vous renvoie d'ailleurs vers son article qui contient énormément d'informations complémentaires sur le sujet de la dépression mais aussi sur les coulisses du drama (je vous mets le lien de son article juste ici et vraiment, je vous pousse à aller le lire ^^). Son article sera donc bien plus complet que le mien car il y aura moins d'informations complémentaires et je pense que vous pourrez apprendre plein de choses sur la dépression car c'est encore un sujet "tabou" (alors qu'il ne devrait pas l'être) et trop méconnu alors que cette maladie touche beaucoup de personnes...

    Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais évoquer le fait que Project S : Skate Our Souls fait partie d'une compilation de lakorns, Project S qui regroupe donc 4 lakorns (Spike, Side By Side, SOS et Shoot ! I Love You). Je n'ai pas encore vu les autres lakorns donc je ne pourrais pas vous dire s'ils sont bien ou non mais il me semble qu'ils sont tous très différents et qu'ils évoquent d'autres sujets tout aussi intéressants. Je ne pourrais donc que m'exprimer sur SOS. Je tiens d'ailleurs à préciser que SpikeSide By SideSOS ont eu le droit à des remakes chinois (et pas Shoot ! I Love You) donc il est évident que je les regarderais par curiosité et pour comparer les différentes versions car cela m’intéresse toujours autant.

    À vrai dire, je ne connaissais et je ne connais personne dans mon entourage qui est touché par la dépression et je vous avoue que je n'y connaissais pas grand chose avant de regarder ce lakorn (on peut effectivement dire que je vivais dans une grotte ou plutôt dans le monde des bisounours). Toujours est-il que j'avais besoin de connaître, de me renseigner sur ce sujet que je trouve encore beaucoup trop caché, trop "tabou" dans les représentations dramatesques (j'ai le sentiment que le sujet de la dépression est un sujet beaucoup trop tabou en Asie mais pas seulement puisque je pense que c'est encore beaucoup trop tabou en France aussi... On ne sensibilise pas assez les gens au fait qu'une dépression, c'est une maladie qui touche tout le monde et qui arrive un peu sans crier gare (même s'il y a des facteurs qui peuvent y contribuer), que ce n'est pas grave de demander de l'aide, au contraire c'est ce qu'il faut faire mais malheureusement, on ne le répète jamais assez...). N'ayant jamais été touchée par une dépression ou ne connaissant personne ayant une dépression, je vous avoue que je ne me sens pas très "légitime" sur ce sujet (et vous me direz que cette histoire de "légitimité" est un peu idiote puisque sinon, on ne pourrait parler de rien) car je n'ai pas assez de connaissances, de vécu pour pouvoir vous en parler en profondeur autre que par l'intermédiaire de ce drama.

    Vous l'aurez donc compris, aujourd'hui nous allons donc parler de la dépression, un sujet qui n'est effectivement pas très joyeux mais Dramaland n'est pas que bisounours et paix (tout comme la vraie vie) et je trouve ça d'ailleurs très important qu'il ne le soit pas toujours car cela nous permet de voir des dramas qui nous sensibilisent à des sujets comme le vaginisme (My Husband Won't Fit) ou encore la dépression avec ce drama. Personnellement, c'est ce que j'aime à Dramaland (la diversité des sujets, etc...) et je comprends parfaitement que d'autres dramavores n'aiment pas ça puisqu'ils recherchent à se détendre devant leur écran (et ça m'arrive aussi heureusement ^^) donc je peux comprendre que Project S : Skate Our Souls ne les attire pas du tout au vu du sujet qu'il évoque. D'ailleurs, je tiens à ajouter que Project S : Skate Our Souls est un lakorn difficile émotionnellement parlant et je vous conseille de regarder quelque chose de doux, de joyeux à côté car il ne nous épargne pas (mais la maladie ne le fait jamais alors pourquoi le drama le ferait-il surtout que le but n'est pas de nous montrer quelque chose d'édulcoré mais de nous sensibiliser à la maladie). 

    Et c'est justement dans cet aspect-là que Project S : Skate Our Souls excelle car il parvient à nous montrer les difficultés qu'éprouve quelqu'un de dépressif (par l'intermédiaire de son personnage principal, Boo). La réalisation y est aussi pour beaucoup (au-delà du jeu exceptionnellement juste des acteurs) car la luminosité, les jeux de lumière et les plans parviennent à nous montrer le mal-être dans lequel vit Boo (James Teeradon Supapunpinyo). J'ai d'ailleurs pris quelques captures d'écran pour vous le montrer même si je ne suis pas sûre que vous pourrez bien le voir mais j'insiste, de nombreux plans ont été soigneusement fait pour nous montrer le véritable ressenti du personnage et je pense qu'il est important de l'évoquer. 


    "As-tu vraiment besoin de voir un médecin juste parce que tu es triste ? Je pense que tu devrais mieux organiser tes sentiments, tes émotions".

    Je vais d'ailleurs rebondir sur la citation du père de Boo juste au-dessus et je vous avoue que j'ai été bon nombre de fois en colère contre lui car Boo (James Teeradon Supapunpinyo) a tiré plusieurs fois la sirène d'alarme et il n'a malheureusement pas été écouté.... C'est assez frustrant quand on y pense et cela a dû arriver à bon nombre de personnes dans la réalité (c'est ce que je pense bien entendu donc c'est peut être faux mais j'en doute....). Mais je parlerais plus en profondeur des personnages un peu plus tard. 

    Pour en revenir à ces 8 épisodes et comme je l'ai dit auparavant, Project S : Skate Our Souls est un drama terriblement humain qui cherche à nous montrer, à nous dépeindre les symptômes de la dépression (mais aussi des personnes environnantes), il ne cherche pas à nous le montrer de façon drôle (cela aurait été très déplacé) ou de façon superficielle afin de ne pas rendre le drama "lourd", au contraire, Project S : Skate Our Souls n'hésite pas à entrer dans le vif du sujet en évoquant les différentes difficultés qu'éprouvent les personnes dépressives. C'est un drama qui n'épargne pas ses spectateurs (et ce n'est pas le but) mais ce n'est pas pour autant que l'on tombe dans la caricature du mélodrame au contraire, c'est un lakorn qui respire l'espoir (même s'il n'y paraît pas) et notamment l'espoir d'un futur meilleur pour notre héros, Boo (James Teeradon Supapunpinyo). J'ai vraiment trouvé que ce drama était porteur d'un message important, de l'espoir d'un meilleur lendemain quelque soit la personne, dépressive ou non. Cela peut sembler difficile à comprendre au vu du portrait que je vous fais du drama mais Project S : Skate Our Souls est un beau drama, je ne parle évidemment pas de son esthétique mais vraiment du message et de l'espoir qu'il délivre à la fin et ce, malgré ce sujet très difficile et éprouvant.

    D'ailleurs, je tiens à préciser que même si ce lakorn ne possède que 8 épisodes, ils sont si intenses, si chargés d'émotions qu'il parait en avoir beaucoup plus que 8. Ce n'est en aucun cas une critique et c'est d'ailleurs tout l'inverse car tout est si bien agencé (cela nous aide vraiment à comprendre l’ascenseur émotionnel par lequel passe Boo) et cela va crescendo au fil du drama. Je n'en dis pas plus mais il n'y a pas de temps morts et je pense que c'est important de le préciser. 

    Sans plus tarder, j'aimerais vous parler un peu plus précisément des personnages car ils méritent qu'on leur accorde quelques instants. Commençons donc par notre petit Boo (James Teeradon Supapunpinyo).

    Boo (James Teeradon Supapunpinyo) est un personnage que je trouve très touchant. Je vais sûrement me répéter mais Boo (James Teeradon Supapunpinyo) m'a énormément touché de par sa personnalité, son envie de s'en sortir et ses petits combats du quotidien car c'est petit à petit qu'on arrive à s'en sortir. Dès les premiers épisodes, il cherche à savoir d'où provient son mal-être et il arrive d'ailleurs à poser un nom dessus. De plus, il commence à faire du skate un peu par hasard (je vous laisse découvrir comment) et cela lui procure une nouvelle sensation, celle d'être libre et de ne pas ressentir son mal-être à ce moment-là (j'ai d'ailleurs beaucoup aimé la discussion qu'il a avec Bell à ce sujet-là).

    Comme je l'ai dit auparavant, il tire plusieurs fois la sirène d'alarme et il tente de consulter un spécialiste. [Spoiler] Malheureusement, il ne peut pas le faire au début car il a besoin d'une autorisation parentale pour consulter puisqu'il est mineur, ce qu'il n'obtient pas de suite.... [Fin Spoiler] C'est ainsi qu'il tombe sur Bell (Pat Chayanit Chansangavej), une interne psychanalyste, qui l'aide quotidiennement à aller un peu mieux. Je ne vais pas en dire plus car je souhaite que vous en découvriez plus en regardant le drama. 

    L'interprète de Boo, James Teeradon Supapunpinyo est extraordinaire dans son interprétation (et encore, je pèse mes mots). D'ailleurs pour pouvoir interpréter le personnage de Boo, il s'est renseigné sur le sujet de la dépression et il a perdu du poids, il s'est réellement imprégné de son rôle à tel point qu'il a aussi failli tomber dans la dépression (merci à ChildOfGhibli pour ces informations ^^) donc c'est vous dire.... Je ne l'ai vu que dans ce projet mais je pense que c'est suffisant pour dire que c'est un exceptionnel acteur et j'ai hâte de le voir dans Great Men Academy ainsi que dans les saisons 2 et 3 d'Hormones (oui, je n'ai toujours pas vu ce lakorn TTwTT). 

     

    Parlons maintenant de Simon (Toni Rakkaen), un personnage bien plus profond qu'il n'y parait. J'ai bien aimé le fait qu'on nous le dépeigne de façon imparfaite (parce que oui, il en tient une sacré couche) mais surtout, j'ai trouvé que c'était peut être le personnage qui me correspondait le plus (attention, je parle surtout des idées préconçues qu'il avait sur la dépression ou encore de la façon dont il minimise cette maladie avec ses paroles qui peuvent se révéler blessantes *non pas que je sois quelqu'un qui ne mesure pas ses paroles mais on oublie assez souvent les dégâts que peuvent provoquer la parole et encore plus dans ce cas-là*). En fait, je pense que le personnage de Simon (Toni Rakkaen) est celui qui représente le mieux (avec le père de Boo aussi) le point de vue et les idées reçues que la société a concernant la dépression. Je ne vais pas vous mentir mais ce n'est pas le personnage que j'ai le plus apprécié ou du moins, pas au début du lakorn car il est imbuvable et blessant envers Boo (James Teeradon Supapunpinyo) mais il se rattrape par la suite et surtout, on apprend à le connaître, lui et ses peurs ainsi que sa force d'esprit qui va d'ailleurs aider Boo (James Teeradon Supapunpinyo) à certains moments. Par ailleurs, j'ai beaucoup aimé la relation qui le liait à ce dernier. 

    Tout comme James Teeradon Supapunpinyo, Toni Rakkaen s'est révélé être d'une incroyable justesse et j'espère vraiment le revoir bientôt. 

     

    Mon énorme coup de cœur pour ce drama va au personnage de Bell (Pat Chayanit Chansangavej). Bell est véritablement un être de lumière et j'ai aimé ce personnage jusque la fin. Elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider Boo (James Teeradon Supapunpinyo) et ce malgré de nombreuses péripéties. J'ai aussi beaucoup aimé les interactions qu'elle a eu avec Simon (Toni Rakkaen) car elles nous ont permis de mieux connaître ces deux personnages. Difficile de dire plus de choses sans spoiler mais j'insiste, ce personnage est génial *o*

    Je vais sûrement faire l'éloge de tous les acteurs principaux mais ils le méritent tellement car leur jeu a été d'une incroyable justesse et comme je l'ai dit, Pat Chayanit Chansangavej n'échappe pas à la règle. J'ai adoré cette actrice (et je la trouve magnifique d'ailleurs x) et je dois justement voir Turn Left Turn Right (vu que c'est un remake ;) et The Stranded avec elle donc je risque de la croiser très prochainement.

     

    Dernier personnage principal de ce lakorn : Fern interprétée par Praew Narupornkamol Chaisang. C'est peut être le personnage que j'ai le moins apprécié (avec le père de Boo) dans ce lakorn car j'avais espoir [Spoiler] qu'elle ne joue pas avec les sentiments de Boo (James Teeradon Supapunpinyo) [Fin Spoiler]. Est-ce que ce fut le cas ? À vous de voir en regardant le drama ;). Malgré tout, j'ai aimé le fait qu'elle aide Boo (James Teeradon Supapunpinyo) à aller mieux et à rattraper les paroles blessantes de Simon (Toni Rakkaen) car elle le console souvent et elle aide Boo (James Teeradon Supapunpinyo) (avec Bell bien entendu) à avoir une meilleure image de lui-même ce qui peut se révéler très difficile par moment (c'est déjà le cas pour une personne lambda alors imaginez pour quelqu'un de dépressif TTwTT). 

    J'avais déjà croisé Praew Narupornkamol Chaisang dans Bangkok Love Stories 2 : Innocence et je l'avais bien aimé même si le drama avait été loin d'être marquant pour moi. Ceci dit, elle avait tout de même un très bon jeu et cela se confirme avec Project S : Skate Our Souls, j'ai donc hâte de la recroiser dans la saison 3 d'Hormones

     

    Pour en revenir au père de Boo, j'ai difficilement été d'accord avec les nombreuses décisions qu'il prend même s'il ne le fait pas dans une mauvaise intention [Spoiler] et il finit par se rattraper par la suite, heureusement [Fin Spoiler]. Je lui en ai effectivement voulu puisque Boo (James Teeradon Supapunpinyo) a souvent manifesté ou exprimé le fait qu'il soit malheureux mais je pense qu'il ne mesurait véritablement pas la détresse de son fils ou peut-être pensait-il que ce n'était rien et il a donc minimisé la chose... Malgré tout, ce n'est pas un personnage que j'ai détesté car comme je l'ai dit un peu plus au dessus, je pense vraiment qu'il était le reflet de la société vis-à-vis de la dépression et du jugement porté envers cette maladie. 

    Que vous dire de plus mis à part que Project S : Skate Our Souls est un lakorn touchant, terriblement humain, qui nous apprend beaucoup de choses vis-à-vis de la dépression (ce fut le cas pour moi) et des comportements autour de celle-ci (que ce soit le concerné ou ses proches) et qui avec sa fin, respire (pour moi) l'espoir. La réalisation nous aide à comprendre les symptômes et le mal-être du personnage principal et je me devrais de le (re)souligner car c'est un énorme point positif. Le casting ainsi que les personnages (et leur écriture) sont exceptionnels. C'est un drama que je vous conseillerais surtout si vous avez envie d'en apprendre plus et de vous sensibiliser sur le sujet de la dépression (et je vous pousse aussi à lire l'article de ChildOfGhibli puisqu'elle apporte énormément de compléments dans son article). Cependant, et j'insiste vraiment sur ce point, si vous êtes une personne sensible, je vous déconseille à 100% ce lakorn, il pourrait vous choquer car il est difficile émotionnellement parlant. 

    Ceci étant dit, j'espère que cet article vous aura plu et je vous avoue que j'ai eu un peu de mal à écrire sur ce lakorn car il y a tellement de choses à dire dessus (et je n'ai pas pu toutes les dire par peur de dire des bêtises ou de me disperser encore une fois. J'espère d'ailleurs ne pas avoir dit de bêtises et si c'est le cas, je m'en excuse car je peux être maladroite dans mes propos) mais j'espère vous avoir donné envie de le voir malgré la sensibilité du sujet et je pense d'ailleurs que nous ne sommes jamais assez sensibilisé à ce type de sujets car ils sont malheureusement considérés comme tabous alors que la dépression est une maladie qui touche tout le monde, quelque soit son sexe, son appartenance ou même son âge donc je trouve ça dommage d'autant brider ce sujet surtout lorsque l'on parle d'aller voir un psychologue ou un psychanalyste, ce n'est pas quelque chose de mauvais au contraire, et je pense vraiment qu'il faudrait banaliser ça car cela reste encore trop tabou...

    Ce sont donc sur ces dernières paroles que je vous souhaite un excellent week-end et surtout prenez soin de vous car c'est le plus important ! ❤

    ~ Est-ce que tu as vu Project S : Skate Our Souls ? As-tu aimé ? Est-ce que tu souhaiterais le voir ? As-tu vu les autres lakorns de Project S ou les remakes chinois ? ~

    « [J-Drama] Karamazov No Kyodai[Tw-Drama] Ying Ye 3 + 1 »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Aigo Ajumma
    Samedi 12 Septembre à 15:22
    Aigo Ajumma

    Hello !

    Merci pour ce si bel article qui retranscrit tellement bien mon ressenti. Je connaissais la dépression, non pour l'avoir vécue, mais parce que je connais quelqu'un qui la vit et je trouve que ce drama montre bien que c'est une maladie et que, comme une maladie, on ne peut pas juste " se donner un coup de pied et se bouger" pour aller mieux (comme je l'entends souvent). La réalisation, le travail des couleurs et des sons sont incroyables pour retransmettre l'enfermement de Boo, son mal-être.
    Comme toi, j'ai ressenti de l'Espoir (et heureusement, sinon, je ne m'en serai sûrement pas remise - déjà que j'étais en PLS pendant la plupart des épisodes). Bell était mon rayon de soleil, Boo un petit frère que j'avais envie de protéger et de prendre dans mes bras et Simon un personnage au final très touchant et qui a une belle évolution. Fern m'a plus dérangé mais je ne l'ai pas détesté car je pense que ce n'est pas une mauvaise personne, juste une personne impulsive et maladroite, qui n'avait pas conscience (par manque de connaissance de la maladie) du mal qu'elle pouvait faire. Elle grandit elle aussi à la fin du drama.
    Les acteurs/actrices sont vraiment incroyables et la prestation de Boo est tellement juste.

    Je vais tenter les autres Project. j'ai retardé car je pense qu'ils n'auront pas la même force que SOS et que je ne voulais pas les comparer. Ils traitent chacun d'un sujet difficile. je sais qu'un des autres parlent de l'autisme par exemple.

    Je suis tellement contente qu'il t'ait plu et d'avoir contribué à te le faire découvrir. :) (et merci à Child of Ghibli de me l'avoir fait découvrir)

    2
    Lundi 14 Septembre à 11:32

    Je note, je verrais bien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :